Jeux de frontières
La question des frontières politiques fait l'objet, dans les années soixante, de multiples interventions. Six ans avant les événement de mai 1968, Christo installe dans la rue Visconti à Paris 240 barils d'huile formant une barricade. En 1969, Peter Hutchinson construit un barrage sous-marin, Underwater Dam, fait de sacs de sable, sous trois mètres d'eau dans une gorge à Tobago, aux Antilles. La même année, un projet de Lawrence Weiner, Terminal Boundaries, doit consister en quarante-deux actions ayant toutes en commun la transgression de frontières entre les pays ou les zones administratives :

"An intrusion into an eastward flowing stream
An intrusion into a westward flowing stream
On or near the Continental Divide U.S.A

50 pounds of lead placed upon the ocean north of the Coaxial Cable
50 pounds of lead placed upon the ocean south of the Coaxial Cable

A concise explosion at the boundary common of three countries

An object tossed from one country to another

A rubber ball thrown into the American Falls Niagara Falls
A rubber ball thrown into the Canadian Falls Niagara Falls

A rubber ball thrown at the sea
A rubber ball thrown on the sea"

Christo, Wall of Oil Barrels
- Iron Curtain, Rue Visconti,
Paris, 27 juin 1962.

Entre le 5 septembre et le 5 octobre 1969, une exposition inédite organisée par Lucy R. Lippard a lieu autour du musée d'art de Seattle. Intitulée 557,087 (nombre correspondant à la population de la ville de l'époque), elle regroupe les interventions de 62 artistes sur un rayon d'environ 80 km autour de la ville. À cette occasion, John Baldessari et George Nicolaidis décident d'apposer sur les téléphones publics, les panneaux indicateurs, etc., tout le long de la limite d'un ghetto de Seattle, une étiquette sur laquelle est écrit :


Boundery : A section of a city, especially a thickly populated area inhabited by minority groups often as a result of social or economic restrictions.

Les territoires inoccupés. http://territoiresinoccupes.free.fr
Copyright © 2000-2005 Caroline Aubin-Lam. Tous droits réservés